Étude sur Sidoine Apollinaire et la société gallo-romaine du Veme siècle.

 

Evêque de Clermont, Sidoine Apollinaire est un lettré dont la vie rend compte, jusque dans son évolution psychologique, des tensions de la fin de l'Empire Romain et l'avènement d'un monde nouveau.

Né en Gaule en 430 à un moment où le monde impérial et sa culture allaient encore de soi, Sidoine est l'héritier d'un patrimoine littéraire et familial reconnu par la bonne société romaine. Il s'y impose vite comme un esprit des plus fins, connu pour sa maîtrise du verbe et sa capacité à jouer de l'héritage littéraire antique. Dans ce monde vieillissant, le cadre gréco-latin apparaît comme une structure de plausibilité indestructible, organisant le sens du monde jusque dans la façon de faire de la poésie, devenue en grande partie un jeu de variations sur des thèmes intangibles. La première partie de la vie de Sidoine Apollinaire s'y trouve d'ailleurs toute entière adossée.

Dans cette stabilité apparente, la montée en puissance de la domination barbare accentue le hiatus entre le sentiment confus de l'intangibilité du monde impérial - arrière plan de toute vie civilisée de l'époque - et la réalité de la chute par pans entiers de la puissance romaine. En ce sens, la fin de l'Empire Romain – et c'est ce que montre la vie de Sidoine Apollinaire – n'est pas seulement une crise politique, mais un effondrement et une transformation psychologique et cognitive. C'est au moment de l'avancée des Wisigoths sur l'Auvergne et de son élection comme évêque de Clermont que Sidoine se révèle à la fois héraut de la culture gréco-latine et défenseur acharné, les armes à la main, de son monde d'origine. Las, malgré une résistance victorieuse, l'Empereur Julius Nepos, pour préserver la Provence, cède l'Auvergne aux Wisigoths ariens d'Euric. Commence pour Sidoine l'expérience de la captivité, allant jusqu'à l'humiliation de devoir composer le panégyrique de son vainqueur. Il meurt, usé, en 486 alors que Rome n'a plus d'empereur et que monte la puissance franque, qui consolidera pour des siècles l'alliance, dont il était le porteur, du catholicisme et du monde gallo-romain.

Un site rend compte, avec de nombreuses précisions et une grande force d'évocation, de cette vie de Sidoine Apollinaire, la replaçant dans le contexte de son temps et la liant à l'évolution de sa production littéraire. Celui-ci, Etude sur Sidoine Apollinaire et la société Gallo-Romaine du Veme siècle, est disponible sur un portail plus large coordonné par Philippe Remacle, regroupant un nombre considérable de ressources traduites de l'antiquité grecque et latine. On trouvera là une porte d'entrée directe et gratuite sur un patrimoine intellectuel bimillénaire (portail général du site).

ImprimerE-mail